.

CADIOU Georges

Georges Cadiou est né le 10 mars 1951 à Brest (Finistère) dans une famille originaire du Huelgoat. Son père, Prosper Cadiou (1926-1969), était un ancien cultivateur qui travailla ensuite à la SNCF, tout comme sa mère, née Yvonne Le Scraigne en 1928. Après des études de droit à l'université de Rennes I, il fait son service militaire dans les Antilles françaises. Il est marié depuis 35 ans à Eliane Faucon-Dumont, journaliste au Télégramme.

Georges Cadiou commence sa carrière de journaliste en 1972 en collaborant à la rédaction quimpéroise du Télégramme. Après son service militaire, il travaille à Paris dans divers organes de presse (Le Pays Breton, La Bretagne à Paris, Miroir-Sprint, Miroir du Cyclisme)


En 1982, il entre comme grand reporteur à Radio France à France Bleu Breizh Izel, la station locale de Bretagne occidentale basée à Quimper. S'il couvre aussi l'actualité générale et des événements marquants comme les conflits en Bosnie et en Algérie, c'est dans le sport particulièrement que l'auditeur retrouve la voix de Georges Cadiou, en français mais aussi en breton : il compte à son actif une quinzaine de Tours de France, plusieurs Paris-Roubaix, des championnats du monde cyclistes au Colorado, en Norvège, en Sicile ou encore en Autriche, les grandes épreuves de voile comme la Route du Rhum, les transats AG2R, Jacques-Vabre, la Transat anglaise ou la Solitaire du Figaro. Il suit également les épreuves internationales d'athlétisme et de natation et commente en direct de nombreux matches de football (plus de 1300 matches de 1re et 2e division, plus particulièrement les matches de Brest, de Guingamp et de Lorient).

Journaliste de radio avant tout, Georges Cadiou collabore aussi, et tout au long de sa carrière, avec d'autres médias de presse écrite : des magazines comme Ar Men, Le Peuple breton ou Sport Breizh, des journaux comme Bretagne Hebdo ou Le Canard de Nantes à Brest.


Georges Cadiou est également auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire du sport et sur l’histoire de Bretagne.

Ses principaux ouvrages :

  • En collaboration : "L'Encyclopédie mondiale des Jeux Olympiques", Éditions Vaillant-Miroir Sprint, Paris, 1979-80
  • "Les Grandes Heures du Cyclisme breton" Éditions Ouest-France, Rennes, 1981
  • "Les Grandes Heures du Football Breton" Éditions Ouest-France, Rennes, 1982
  • "Les Grands du Cyclisme breton" Keltia-Graphic, Spézet, 1990
  • "Dieux et déesses, les Grands de l'Athlétisme mondial", Messidor, Paris, 1991
  • "Les Origines des Sports en Bretagne et dans les Pays Celtiques", Skol Vreizh, 1995
  • "La Grande Histoire de l'Athlétisme en Bretagne", Éditions du Télégramme,1997
  • "La Grande Histoire du Football en Bretagne", Liv'Éditions, Le Faouët, 1998
  • "L'Hermine et la Croix gammée. Le mouvement breton et la Collaboration", Éditions Mango, Paris, 2001 (réédition revue, augmentée et corrigée, en format poche, aux éditions Apogée, Rennes, 2006)
  • "Toutes les cultures de Bretagne" (chapitre sur les sports contemporains), Éditions Skol Vreizh, Morlaix, 2004
  • "Les Grands Cyclistes Bretons", Éditions Alan Sutton, 2005
  • "Les Grands Noms du Football Breton", Éditions Alan Sutton, 2006
  • "Les Grands Skippers", Éditions Alan Sutton, 2007
  • "Les Grands du Sport Breton", Éditions Apogée, Rennes, 2007
  • "Les Grands Duels du Cyclisme", Éditions Alan Sutton, 2008
  • "Huelgoat et les Monts d'Arrée, les rebelles de la montagne" (avec Eliane Faucon-Dumont), Éditions Alan Sutton, 2008
  • "La belle histoire du Stade Brestois", Editions Alan Sutton, 2010
  • Emsav, dictionnaire critique, historique et biographique : le mouvement breton de A à Z, Spézet, Coop Breizh, mars 2013
  • La Gauche et la Revendication bretonne, Fouesnant, éd. Yoran Embanner, coll. « Politikerezh », mars 2015
  • Les Pionniers du cyclisme breton. De 1869 à 1939, Lopérec (Finistère), éd. Locus Solus, coll. « Récits, histoire », mai 2015
  • Huelgoat : Chaos des merveilles (avec E. Faucon-Dumont), Lopérec (Finistère), éd. Locus Solus, coll. « Guides Milles », juillet 2015
  • En Avant de Guingamp Mémoires d’un club Éditions Wartberg mai 2016
  • Le Stade Rennais Mémoires d’un club Éditions Wartberg mai 2016
  • Le FC Nantes Mémoires d’un club Éditions Wartberg octobre 2016
  • Le FC Lorient Mémoires d’un club Éditions Wartberg octobre 2016
  • Le Stade Brestois Mémoires d’un club Éditions Wartberg octobre 2016


Il est aussi l’auteur de plusieurs films documentaires télévisés :

  • Une série sur les grandes heures du sport breton avec Hubert Béasse pour TV Breizh, 2002
  • Un documentaire sur Bernard Hinault : le cyclisme est un sport de combat, avec Hubert Béasse pour France 3
  • Un documentaire sur le mouvement breton et la Collaboration, avec Hubert Béasse pour France 3


Engagement politique

Adhérent à l’UEC, l’Union des Etudiants Communistes, à Rennes puis du PCF, le Parti Communiste Français, à Quimper, Georges Cadiou rejoint le mouvement communiste martiniquais lors de son service militaire à Fort-de-France, une adhésion, on s’en doute, qui reste clandestine. En 1975, il revient en métropole, dans la région parisienne. A nouveau membre du PCF, il est aussi secrétaire général de l’USBIF, l’Union des Sociétés Bretonnes de l’Ile de France, héritière de l’association des Bretons Emancipés de la Région Parisienne qu’avait créée Marcel Cachin dans les années 30. Il est aussi rédacteur en chef du Pays Breton, le mensuel de l’association.

En 1979, il quitte le PCF à la suite de l’invasion de l’Afghanistan par l’Armée Rouge. Il n’avait non plus pas compris le retournement du PCF sur la centrale nucléaire de Plogoff (d’abord opposés à cette implantation, les communistes bretons s’étaient déclarés favorables sur l’injonction de Georges Marchais). Georges Cadiou n’avait pas aussi admis la formule du « globalement positif des pays de l’Est » de Georges Marchais. Grand voyageur, il connaissait la réalité de ces pays que l’on disait socialistes. En 1982, il revient en Bretagne pour travailler à la radio pendant près de 30 ans. Il part en retraite en 2010. Côté syndical, Georges Cadiou est membre du Syndicat national des journalistes CGT (SNJ-CGT). Il a également été à la fin de sa carrière secrétaire du comité d'entreprise de Radio France pour le Grand Ouest. Entretemps, il a rejoint l’UDB, l’Union Démocratique Bretonne, en 2004. En 2008, il est élu, sous cette étiquette, adjoint au maire PS de Quimper. Il est chargé de dossiers techniques (l’eau, les bâtiments). Il est aussi président du Sivalodet, le syndicat intercommunal qui réunit 26 communes du bassin versant de l’Odet située dans la région de Quimper4.

De juin 2008 à février 2011, Georges Cadiou est élu président de l'Association des élus progressistes de Bretagne (AEPB).
Il ne renouvelle pas sa carte à l’UDB au début de 2014. Aux municipales de mars 2014, il est candidat sur la liste de gauche de Bernard Poignant à Quimper mais il n’est pas élu. Au mois de décembre 2015, il figure sur la liste « Oui la Bretagne » menée par Christian Troadec, le maire régionaliste de Carhaix. La liste n’obtiendra pas de sièges. Lors des municipales de Quimper en 2020, il rejoint la liste d’Isabelle Le Bal, la fille de Jean-Yves Cozan, avec laquelle il se sent des positions communes notamment sur la question bretonne (langue, réunification, environnement etc.). Mais la liste n’a aucun élu.

Georges Cadiou a visité de nombreux pays, une centaine au total, pour son travail mais aussi pour son plaisir, quasiment toute l’Europe de l’Ouest à l’Est, les deux Amériques, plusieurs pays asiatiques et africains. Outre le français et le breton, il est apte à s’exprimer correctement en anglais, en allemand et en espagnol. Ajoutons aussi, pour la petite histoire, qu’il a été champion de Bretagne du saut en longueur en cadets (en 1968).

Filtres actifs

La gauche et la revendication bretonne
4,74 €

Georges Cadiou
Une histoire de combat pour l’identité, de manière à ce que « nous soyons nous-mêmes parmi les autres ,c'est à dire la définition même de la démocratie » (Morvan Lebesque).